Les femmes de Greene Tweed dans les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques - Avis Wu

« J'ai l'honneur de faire partie des femmes des disciplines STEM chez Greene Tweed. Je suis reconnaissante pour chaque opportunité d'encourager d'autres femmes à utiliser ces disciplines dans leur travail », Avis Wu, planificatrice de production et superviseure d'entrepôt chez Greene Tweed.

Une facette plus douce des sciences

En tant que planificatrice de production et superviseure d'entrepôt du site de fabrication de perfluoroélastomère​​​​​​​ (FFKM) Chemraz® de Greene Tweed à Zhubie, dans le comté de Hsinchu, à Taïwan, Avis Wu participe grâce à ses accomplissements éprouvés et à sa direction novatrice à l'énorme croissance de l'entreprise depuis plus de dix ans.

Les activités de Greene Tweed à Taïwan offrent au secteur des semi-conducteurs des capacités internes de conception personnalisée inégalées en termes de joints toriques élastomères et de systèmes d'étanchéité adaptés aux produits chimiques et aux températures extrêmes des environnements de fabrication des semi-conducteurs. ​​​​​​​

Greene Tweed est une entreprise qui fabrique des produits dans le monde entier et Avis fait partie intégrante de la croissance impressionnante de la firme en assurant chaque mois une performance remarquable en termes de sécurité, de qualité, de respect des délais de livraison, de productivité et de coûts. « Les notes de Taïwan sont impressionnantes chaque mois, a déclaré Carolina Rodriguez, responsable de la chaîne de valeur d'entreprise de Greene Tweed. La productivité est élevée, les déchets sont généralement faibles et l'équipe dispose rarement d'un inventaire excédentaire. Les contributions et le talent d'Avis sont l'une des raisons principales pour lesquelles les chiffres de l'équipe taïwanaise correspondent toujours aux objectifs. Je suis extrêmement fière d'Avis en tant que nouvelle dirigeante et source d'inspiration, et comme collègue, qui représente les femmes de Greene Tweed au sein des disciplines STEM. » (Sciences, technologie, ingénierie et mathématiques)

Donner libre court à son imagination

Avis encourage les autres femmes à oser rêver, à donner libre court à leur imagination et à toujours faire preuve de curiosité. Selon Avis, les femmes excelleront dans les postes STEM du futur car elles apportent de la douceur aux sciences pour les opportunités passionnantes de l'industrie 4.0 et les autres révolutions technologiques, comme l'intelligence artificielle (IA), l'Internet Industriel des Objets (IIoT), la réalité virtuelle, les usines connectées et la transformation numérique.

La facette plus douce des sciences dont Avis parle met l'accent sur l'interface humaine avec ces technologies. De l'ergonomie à la psychologie, les femmes ont tendance à envisager l'équipement et les processus en se concentrant davantage sur les interactions humaines. Les meilleures compétences d'écoute, la sensibilité accrue, la facilité de collaboration et de communication, et le don inné de faire plusieurs choses à la fois, ainsi que les données et l'analyse, offrent aux femmes plus de polyvalence et de compétences pour résoudre les problèmes complexes de la plupart des disciplines STEM, dont l'ingénierie.

Avec son expérience et sa formation en ergonomie industrielle, Avis se concentre particulièrement sur les aspects humains de la chaîne de production. « J'aime voir les choses selon le point de vue de l'ergonomie pour optimiser la conception d'un produit, d'une chaîne de production ou d'un poste de travail en vue d'éliminer le stress, le manque de confort et les problèmes de sécurité pour les employés, ce qui améliore ainsi l'efficacité et la productivité. » En matière de psychologie, Avis estime que la relation entre les employés et les machines va devenir de plus en plus complexe avec la prise d'ampleur de l'industrie 4.0 et de l'automatisation, des données, des analyses et de l'IIoT dans les usines. Au fur et à mesure que les tâches répétitives sont remplacées par la robotique, le travail nécessitera moins de force et plus de réflexion. « Les différences entre les hommes et les femmes sont moins évidentes dans l'usine connectée du futur. Je constate que de plus en plus de femmes intègrent les disciplines STEM, ce qui crée une facette plus douce pour toutes les innovations scientifiques et technologiques du secteur de la fabrication. »

Faire confiance à son instinct

« Quand je suis arrivée chez Greene Tweed, nous commencions tout juste à renforcer les opérations de fabrication. Nous n'avions pas beaucoup de main-d'œuvre, tout le monde avait donc de nombreuses responsabilités. » Avis se souvient qu'à l'époque, les planificateurs de production étaient aussi chargés d'autres fonctions, comme la fabrication, la logistique, l'approvisionnement, la gestion des outils et le contrôle de la qualité. Pour améliorer l'efficacité, maximiser la capacité et respecter les normes rigoureuses du secteur des semi-conducteurs en matière de sécurité, de qualité, de délais de livraison et de coûts, il était nécessaire de prendre des décisions rapidement en se fondant sur plusieurs sources de données simultanées.

« J'ai beaucoup appris durant cette période au sujet de mes instincts, de l'ouverture d'esprit et de l'usage des données pour oser m'exprimer. Je pense que les femmes apportent une autre sensibilité au monde de l'ingénierie et que cela peut parfois surprendre nos collègues. C'est cette facette plus douce des sciences qui allie davantage de disciplines, ce qui sera important pour les futures innovations et révolutions technologiques.

« Un grand nombre de mes amies sont restées à l'écart de l'apprentissage des STEM par crainte des exigences en matière de mathématiques et de sciences, sans se rendre compte de tout ce qu'elles avaient à offrir à ces disciplines », a déclaré Avis, qui reconnait les difficultés de faire partie de la première génération de femmes à intégrer des secteurs généralement dominés par les hommes. « Il faut apprendre à faire confiance à son instinct avant de pouvoir gagner la confiance de ses collègues. Il faut du temps pour développer la confiance en soi nécessaire pour s'exprimer, et ce n'est pas toujours facile. »

Poursuivre ses rêves

Bien que l'ingénierie n'ait pas été sa première idée, la mère d'Avis a vite remarqué son penchant pour les mathématiques et les sciences. « Comme beaucoup d'enfants asiatiques, dit Avis, j'ai eu la chance d'apprendre de nombreuses compétences. Dès un très jeune âge, j'ai appris le piano, le ballet, le dessin, le volleyball, le patin à roulettes, non seulement pour apprendre, mais aussi dans une optique d'exploration. » Les parents d'Avis pensaient qu'elle deviendrait peut-être enseignante avant qu'il ne devienne très clair que ses intérêts et son attention se portaient plutôt vers les disciplines STEM. « Je suis reconnaissante du soutien de mes parents et de leurs encouragements à poursuivre mes rêves. »

L'éducation STEM d'Avis était axée sur l'augmentation de la productivité industrielle et la réduction des coûts à l'aide de méthodologies systématiques et largement applicables. Titulaire d'un bachelor scientifique en génie industriel et en gestion de la National Chiao-Tung University de Taïwan, d'un master en ergonomie humaine, et d'expérience en efficacité de la production, Avis conçoit des processus de production efficace et optimise les interactions de chaque employé avec ces processus en incorporant plusieurs disciplines, dont l'ergonomie, la psychologie, les mathématiques, l'informatique, la planification de la production et la gestion.

Les femmes des STEM au niveau international - En chiffres

Soutenir et montrer l'exemple à d'autres femmes reste très important pour les femmes des disciplines STEM à travers le monde.

Selon une étude menée en février 2020 par le World Economic Forum, seule une fraction des étudiantes opte actuellement pour les secteurs STEM aux études supérieures.

Dans le cadre de cette étude, les données fournies par les Nations Unies révèlent que la participation des femmes au niveau mondial est particulièrement faible dans certains domaines. Seuls 3 % des étudiants qui intègrent les cours en technologies de l'information et de communication à travers le monde sont des femmes. Ce chiffre s'améliore légèrement pour atteindre 5 % pour les mathématiques et les statistiques. Enfin, il passe à 8 % pour les secteurs de l'ingénierie, de la fabrication et de la construction.

Les femmes sont plus attirées par les disciplines STEM dans certaines régions du monde que d'autres, mais la situation mondiale se caractérise par un déséquilibre entre les sexes. Les femmes occupent seulement 18,5 % des postes de recherche en Asie du Sud et de l'Ouest, et 23,4 % en Asie de l'Est et Pacifique. Ces nombres limités de chercheuses reflètent la réalité de l'inégalité éducative entre les sexes, particulièrement au sein des disciplines STEM, c'est ce qu'indique The Diplomat, en février 2020.

Les données des organismes éducatifs UCAS et HESA révèlent que les femmes représentent 35 % des étudiants STEM dans l'enseignement supérieur au Royaume-Uni. Les données britanniques sont représentatives des perspectives internationales.

Participation des étudiants britanniques par sujet :

Selon les données du programme d'égalité des sexes et des femmes dans les sciences de l'Institute for Statistic (UIS), moins de 30 % des chercheurs à travers le monde sont des femmes. Les données de l'UIS indiquent aussi si ces femmes travaillent dans le secteur public, privé ou académique, ainsi que leurs domaines de recherche. Toutefois, en vue de combler cet écart, de nombreuses organisations participent actuellement à des recherches visant à aller au-delà des chiffres et d'identifier les facteurs qualitatifs qui dissuadent les femmes de poursuivre une carrière dans les disciplines STEM.

C'est à cette fin que l'UIS développe une série de nouveaux indicateurs sur les facteurs dynamiques qui influencent la décision des femmes de poursuivre une carrière dans les disciplines STEM, de leur parcours scolaire aux facteurs sociaux, comme l'élaboration d'une famille ou l'environnement de travail. Ces données serviront de base pour mieux cibler les politiques au niveau national, régional ou international via un nouveau projet intitulé SAGA (STEM and Gender Advancement), financée par l'Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (SIDA).

Greene Tweed va continuer de suivre ce travail important en vue d'orienter plus d'étudiantes vers les disciplines STEM dans le cadre de sa Vision 2030 et des talents nécessaires pour la main-d'œuvre de demain.