Désalinisation : une solution prometteuse

Cet article est le deuxième article d'une série dédiée aux défis des pompes de désalinisation. Lisez la 1re partie et la 3e partie

Les défis liés à la pénurie d'eau sont rendus plus complexes par le fait que 97 % des ressources en eau de la Terre sont composées d'eau salée, provenant des mers et des océans. C'est pour cette raison que de nombreuses régions du monde se tournent vers la désalinisation, c'est-à-dire l'extraction du sel de l'eau salée à grande échelle pour la transformer en eau douce propre à la consommation, à la cuisine, à l'hygiène et à plusieurs applications industrielles de haute pureté, comme la fabrication de composants électroniques, de produits pharmaceutiques, chimiques, les chaudières, les eaux d'alimentation, les applications médicales, ainsi que les systèmes de récupération des eaux usées.

De nos jours, le procédé de désalinisation le plus efficace et répandu est l'osmose inverse. Introduit il y a un demi-siècle, il s'appuie sur le transfert de l'eau dans une série de membranes semi-perméables qui poussent l'eau à travers des filtres à haute pression pour retenir le sel et les minéraux d'un côté et pour ne laisser passer que l'eau pure.

Le procédé est progressivement devenu de plus en plus efficace et moins coûteux, ce qui a entraîné le développement de plus vastes usines, de meilleures membranes et méthodes de récupération d'énergie. Actuellement, dans le monde, plusieurs pays utilisent l'osmose inverse. C'est un élément essentiel des régions arides, comme le Moyen-Orient, où plus de la moitié des ressources en eau potable fraîche provient d'usines de désalinisation. Au fil des années, la désalinisation a commencé à se développer dans d'autres parties du monde en situation de stress hydrique, comme la Californie aux États-Unis, l'Espagne, l'Australie et la Chine.